Discours des voeux 2018

Monsieur le préfet,
Monsieur le ministre,
Monsieur le député,
Monsieur le sénateur,
Mesdames et messieurs les conseillers régionaux,
Mesdames et messieurs les conseillers départementaux,
Mesdames et messieurs les maires,
Mesdames et messieurs les élus, chers collègues,
Mesdames et messieurs les représentants des cultes,
Mesdames et messieurs les présidents,
Mesdames, Messieurs, chers amis,

Nous voici réunis pour les traditionnels vœux aux partenaires institutionnels. La durée des discours est souvent, pour l’auditoire, une source d’inquiétude : 20 minutes, 30 minutes, 1 heure ? Ou bien alors, l’assistance se prépare à endurer le traditionnel bilan de l’année écoulée et l’inventaire des projets à venir.

À Cergy, nous avons diffusé la semaine dernière le journal du bilan de mi-mandat. Il est bien évidemment à votre disposition.
Permettez-moi plutôt de me livrer à un exercice de politique-fiction. Vous pensiez être conviés aux vœux de l’année 2018 ; nous allons célébrer ceux de l’année 2030. À cette date, Cergy a vu s’achever le dernier aménagement d’envergure sur la plaine des Linandes. C’est une nouvelle façon de vivre la ville, tout comme l’était le quartier des Touleuses au siècle dernier. Le quartier de la plaine des Linandes est un éco-quartier numérique. Il est à la pointe des efforts en matière d’économie d’énergie et de ressources, il dispose d’espaces de co-working, d’habitats et de jardins partagés et même d’une conciergerie numérique.

En 2030, ses habitants sont plutôt des primo-accédants, en réponse à la demande de la jeunesse cergyssoise : la politique de l’habitat a beaucoup évolué. Les incitations fiscales favorables aux investisseurs ont enfin disparu au profit d’un taux de TVA à
5,5 %, car le logement est un bien de première nécessité. La politique de développement du logement s’est accompagnée de la construction d’équipements publics pour un meilleur accès aux services de proximité : crèches, écoles, collèges et lycées… Les Cergyssoises et Cergyssois naissent et vivent heureux à Cergy, le nombre de naissances le prouve encore aujourd’hui.

Le programme « Politique de la ville » a permis de transformer les quartiers par une politique ambitieuse de réhabilitation des espaces publics, d’aides aux copropriétés et aux bailleurs sociaux, et par la mise en place du dispositif de mixité d’attributions
des logements sociaux prévu par la loi Égalité et citoyenneté, promulguée en 2017. Dans les autres quartiers, une politique de logements pluriels perdure avec 25 % de logements sociaux et des logements intermédiaires libérés de leur contrainte
législative.

Enfin, les seniors sont de plus en plus nombreux à habiter notre ville. Deux résidences pour seniors et une résidence intergénérationnelle ont été construites dans tous les nouveaux quartiers. Un centre de santé a ouvert ses portes dans le quartier de l’Horloge en 2020. Il a renforcé la présence de médecins et évité à certains habitants de renoncer aux soins.

En 2030, Cergy compte 75 000 habitants. La ville a su garder ce qui fait sa force : le ratio de 1 emploi pour un actif, avec 35 000 emplois sur son territoire. Le parc d’activités de la plaine des Linandes est occupé par des PME et des laboratoires de recherche qui profitent du développement du Campus universitaire international. Le Grand Centre a connu un renouvellement des locaux tertiaires, confirmant ainsi sa place économique dans le Grand Paris. Les espaces de co-working se sont développés autour des trois gares RER. Les salariés ne sont donc plus contraints de passer 3 heures par jour dans les transports en commun.

En 2030, les créateurs d’entreprise se démultiplient grâce au FabLab et à la Turbine, le Centre d’innovation et d’entrepreneuriat ouvert en 2019, répondant aux besoins des start-up. Une stratégie ambitieuse d’accompagnement de l’emploi a permis de réduire le chômage, notamment celui des diplômés habitant dans les quartiers prioritaires, les jeunes déscolarisés, et les plus de 50 ans. L’activité commerciale a connu de profondes transformations. Le centre commercial des 3 Fontaines, après sa rénovation intérieure en 2017, s’est agrandi en 2020. Il poursuit son évolution en lieux de loisirs, d’animations et de shopping. Tout comme l’Aren’Park, inauguré en 2018.

Un changement majeur est intervenu dans les transports en commun en 2024. Le RER A circule toutes les 5 minutes au départ de la gare de Cergy-le-Haut, comme à Saint-Germain-en-Laye. Le rêve d’un RER fiable et moins bondé est devenu réalité.
En effet, la branche du RER A en direction de Poissy a été démantelée avec la mise en service d’Eole. La gare de Cergy-le-Haut bénéficie d’un quatrième quai depuis 2019. La rénovation de la gare Préfecture, achevée en 2022, s’est accompagnée en 2024 de l’ouverture d’un second passage vers le Campus universitaire. Cette transformation a été pilotée par la Région et la Communauté d’agglomération.

Eh oui ! Que de changements dans le millefeuille territorial de l’Île-de-France ! La région est devenue la métropole du Grand Paris, après bien des débats. Une telle dimension était nécessaire à l’attractivité du Grand Paris face à Shanghai, Tokyo, New Dehli ou Séoul, métropoles de plus de 20 millions d’habitants. En 2030, tous les départements d’Île-de-France ont été intégrés dans les collectivités existantes. La ville et la Communauté d’agglomération Cergy-Pontoise perçoivent la taxe foncière reçue auparavant par les départements, et gèrent directement son développement harmonieux avec la métropole du Grand Paris.
Que de transformations !

En 2030, Cergy vient d’apprendre qu’elle conservait sa place de ville la plus dynamique de France. Une place maintenue depuis 2017 car la ville a su poursuivre un développement harmonieux et équilibré. Ce dynamisme s’est aussi traduit par la connexion croissante entre Cergy, Pontoise et Neuville, avec l’inauguration de deux passerelles en 2027 : une passerelle bleue qui relie Pontoise au Grand Centre ; une passerelle blanche qui relie Neuville au Campus international. Cergy compte désormais trois passerelles bleu, blanc et rouge, le symbole de sa fidélité aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité de la République. Mais aussi le symbole de sa fidélité aux valeurs humanistes de Dani Karavan, artiste créateur de la première passerelle rouge.

Les espaces publics se sont également embellis avec la rénovation de la dalle de la préfecture en 2024. Après avoir vécu la réhabilitation de la rue des Galeries et du mail des Cerclades en 2019, l’espace public dans le Grand Centre s’est métamorphosé
: changement d’affectation de bureaux, commerces de proximité, équipements publics et espaces verts.

En 2030, Cergy est parcourue par des voitures et des vélos électriques qui circulent sur une centaine de kilomètres de voies cyclables parsemées de hangars à vélo et à voitures de ville, à l’exemple d’Amsterdam. Le développement de ces modes de transport doux a été facilité par le grand projet de valorisation des berges de l’Oise. Port-Cergy II accueille de nouveaux habitants et de nouveaux bateaux électriques. Les bords de l’Oise sont devenus un éco-quartier où l’on va se retrouver chaque été à l’une des guinguettes de la 12e édition de l’Oise en fête.

En 2030, Cergy est une ville touristique grâce à l’île de loisirs, l’éco-quartier des bords d’Oise et de l’Axe Majeur. Elle a su préserver son poumon vert qui fait d’elle un territoire à 36 % d’espaces verts et bleus.

Cergy a fait le pari de la jeunesse et de l’éducation. Elle a accompagné la transformation de l’université de Cergy-Pontoise et de ses écoles en un grand établissement d’enseignement supérieur. Le dernier classement de Shanghai a montré que cet établissement figure parmi les deux cents premières universités mondiales. Le Campus universitaire de Cergy-Pontoise en est le pôle européen, également présent à Singapour, à Rabat, mais aussi sur le continent américain. Il héberge des étudiants venus du monde entier. Ce n’est pas une nouveauté à Cergy, ville forte de la présence de femmes et d’hommes issus de 140 nationalités différentes, qui a su depuis plus de 60 ans accueillir les mouvements migratoires de l’Afrique et de l’Asie.

Evidemment, cet essor s’est accompagné de la construction de logements étudiants à Cergy et à Neuville tout au long de la dernière décennie, auquel s’ajoute un learning center ouvert à tous les publics depuis 2023. Cet accès à la connaissance, en réseau avec le monde entier, profite aussi à la jeunesse cergyssoise. Je vois avec bonheur la fierté des familles résidant dans tous les quartiers de Cergy dont les enfants ont étudié dans ce grand établissement d’enseignement supérieur.

En 2030, trois nouveaux groupes scolaires ont vu le jour sur le territoire, ainsi qu’un nouveau collège, afin d’accompagner la croissance des effectifs. En école primaire, la promotion des temps d’activité périscolaires a favorisé l’accès à la culture, aux langues, au développement durable et à la citoyenneté à tous les enfants, sans distinction de quartier. Le respect des rythmes de vie de l’enfant a montré son efficacité dans les apprentissages.

En 2030, Cergy compte plus de 75 clubs sportifs. Les collèges ont développé des spécialisations comme le canoë-kayak, le basket, le taekwondo, le handball féminin, le hockey sur glace. Cergy a vu émerger de grands champions : deux sportifs ont
été médaillés aux Jeux olympiques de 2020 – je laisse les champions se désigner ! Cergy a augmenté le nombre de sportifs locaux médaillés aux Jeux olympiques d’hiver de Pékin en 2022 et aux JO d’été de Paris en 2024. En effet, depuis 2018, la
ville de Cergy a accompagné financièrement la qualification des jeunes sportifs aux JO.

À ce propos, je me souviens qu’en 2024, la médaille de la ville était remise pour la deuxième fois à des jeunes. Un moment émouvant en présence de la nouvelle génération de Cergyssois. Cergy est également une ville à forte dimension culturelle. Cergy, Soit !, le festival des arts de la rue est resté le premier d’Île-de-France. Les artistes reconnus par les réseaux sociaux ont commencé leur carrière dans les équipements culturels de la ville. La danse avec Visages du Monde, les musiques actuelles avec L’Observatoire, le spectacle vivant avec la scène nationale.

Cergy, ville de progrès, a permis de développer de nouveaux services avec les technologies numériques. Après avoir fini de déployer la fibre optique aux 100 % de logements de la commune en 2018, la 5G est apparue en 2020, connectant en temps réel les déplacements, les objets, les consommations énergétiques, les procédures administratives municipales.

À la suite de l’expérimentation réalisée en 2018, les habitants de Cergy et les employés municipaux ont pu envoyer dès 2019 toutes les observations relatives à la propreté de la ville, à la qualité des espaces verts et de la voirie. La brigade verte
mise en place en 2018 a prouvé son efficacité. Ce dispositif complète la présence de policiers municipaux équipés de caméras
depuis l’expérimentation menée à bien en 2018. Cergy a bénéficié la même année de l’expérimentation de la Police de sécurité du quotidien, afin de rapprocher la police nationale de la population. J’ai moi-même toujours été favorable à une police d’îlotage complémentaire à une police d’intervention.

En 2019, pour le cinquantenaire de la ville, vous vous souvenez de l’immense chaîne humaine qui partait de l’église Saint-Christophe, reliant tous les anciens hameaux de Cergy au bâtiment de la préfecture. Elle traversait le quartier des Touleuses où
les pionniers se sont installés, le quartier des Linandes à l’architecture inventive, celui de l’Axe Majeur avec son immense horloge, jusqu’à la Grande Mosquée de Cergy, avant d’achever son parcours sur la place des Trois gares, près de Visages
du Monde. Après avoir aussi fêté les 60 ans de Cergy en 2029, 60 ans de vivre-ensemble, les habitants défendent toujours ces valeurs humanistes qui fondent l’identité d’un territoire. Ce sentiment d’appartenance est d’autant plus fort que le développement de la ville a favorisé l’équilibre social des îlots et renforcé les liens entre les générations.

Cergy, ville humaniste, a toujours considéré que le respect des différences est une richesse, une force favorable à l’épanouissement de ses habitants. Le repli sur soi et les discours extrémistes n’ont jamais eu de prise sur les mentalités, comme en témoignent les résultats des dernières élections présidentielles en 2027.

En 2030, nous continuons de faire de Cergy une ville fidèle à l’esprit des Lumières. La lutte pour l’égalité des droits entre les femmes et les hommes est toujours un combat. Rappelons-nous l’inauguration de la place Olympe-de-Gouges le 8 mars
2018, lors de la Journée internationale des droits des femmes. Ce fut l’une des premières initiatives de féminisation des noms de rue. Que de combats, toujours d’actualité en 2030. Mais Cergy résiste en luttant contre les inégalités sociales et culturelles et en restant une terre d’accueil.

En 2030, le réseau social « Je vis à Cergy » permet à tous ses habitants d’être informé, d’informer, de communiquer, d’échanger en direct sur le quotidien de notre ville. Les technologies numériques n’ont pas pour autant fait disparaître les relations humaines. Cergy défend toujours les valeurs qui lui sont chères. Cette ville nouvelle a grandi avec ses habitants, îlot après îlot. Ils sont fiers de vivre à Cergy comme je suis fier d’être Cergyssois.

Cergy, c’est un cycle de vie harmonieux. La ville s’est construite au fil du temps avec ses habitants venus du monde entier pour s’y loger, étudier, travailler, se divertir, fonder leur famille, y passer leur retraite. Cergy leur a donné les ressources pour
développer des projets individuels ou collectifs. Le dynamisme de sa jeunesse est reconnu à l’international ; ces jeunes sont depuis longtemps les ambassadeurs de notre ville.

Enfin, nous nous retrouvons tous ici, en janvier 2030, dans cette grande salle qui a remplacé le gymnase des Roulants et la maison de quartier Axe Majeur Horloge en 2020. Cette salle est le symbole de notre ville. Elle est aménagée à l’intérieur du 12.
L’équipement est ainsi nommé en raison de la proximité des 12 colonnes de l’Axe Majeur et des 12 coups de la grande horloge de la gare Saint-Christophe. La Lanterne est devenue la maison de plus de 500 associations, symbole de la vitalité de l’engagement des Cergyssoises et des Cergyssois, ce dont je me félicite. Nous aimons les personnes engagées pour notre territoire et pour les belles causes. Les membres de toutes les associations de la ville peuvent s’y retrouver, partager leurs
activités, leurs cultures.

Pour conclure, en 2030 – et nous avons déjà entamé ce parcours – je vous ai décrit l’idée du chemin que j’imagine pour Cergy : une ville harmonieuse, une ville jeune, une ville où il fait bon vivre ensemble. En tant que premier magistrat de la ville, c’est
l’ambition que je porte de toutes mes forces. C’est en cela que Cergy est le jeune cœur battant du Grand Paris. Mon désir, c’est
d’accompagner les Cergyssoises et les Cergyssois sur ce chemin. Cela vaut mieux que tous les programmes.

Vous l’aurez compris, en 2030, une nouvelle équipe municipale aura a été élue en 2026. Un nouveau maire aura été désigné par le conseil municipal, car l’ancien premier magistrat de la ville – votre serviteur – aura tenu son engagement de ne briguer que deux mandats. Eléanor Roosevelt, première présidente de la commission présidentielle américaine sur le statut de la femme, disait il y a cent ans : « Le futur appartient à ceux qui croient à la beauté de leurs rêves. »

Ce rêve d’il y a 60 ans, imaginé pour notre territoire et ses habitants, c’est aussi le mien. Je remercie toute l’équipe municipale qui m’accompagne depuis 2014. Je les remercie pour leur compétence, leur générosité, leur disponibilité au service des
Cergyssoises et des Cergyssois. Je remercie les services de la ville qui au quotidien font de notre ville une belle ville.

Je remercie tous les acteurs qui contribuent au développement de notre ville : tout d’abord, la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise, en soutien à l’accompagnement des populations nouvelles, et aux projets du Grand Centre et du Campus universitaire international ; le Conseil départemental pour le Campus international et la politique de solidarité, le conseil régional pour son soutien à l’emploi et aux infrastructures de transport ; l’État pour ses politiques publiques et enfin, l’ensemble des partenaires qui nous accompagnent.

Je vous souhaite de très belles années jusqu’en 2030 et vous adresse dès à présent mes vœux les plus chaleureux de bonheur et de réussite pour l’année 2018.

Jean-Paul JEANDON