Soutien à Manuel Valls

2

Lundi 5 décembre dernier, Manuel Valls a quitté ses fonctions à Matignon afin de s’investir pleinement dans la campagne des Primaires de la gauche. Après le retrait de François Hollande, il est de notre responsabilité d’offrir à la gauche dans son ensemble ses meilleures chances de réussite en 2017.

.Je pense que Manuel Valls est aujourd’hui notre meilleure chance de victoire, face à la droite libérale et conservatrice de François Fillon et l’extrême droite de Marine Le Pen. Il est le meilleur garant de la préservation de notre pacte républicain et de ses valeurs : Liberté, Egalité, Fraternité et Laïcité. Il l’a montré avec le Président de la République au lendemain des attentats qui ont si durement frappé notre pays. Son discours devant l’Assemblée nationale au lendemain de ces tristes évènements est un modèle de droiture et une réaffirmation des valeurs de la République, adressé à tous sans distinction d’origine ou de croyance.  

Manuel Valls a été maire d’une ville ressemblant à la nôtre.  Élu de proximité devenu ministre de l’Intérieur puis Premier ministre, il connaît parfaitement l’état de notre pays. Il a été en responsabilités et a su maintenir le cap malgré les difficultés rencontrées pendant la durée de son mandat.

La préservation de la République et de ses valeurs, la juste répartition des résultats du redressement du pays, qui commence à porter ses fruits, seront au cœur de la campagne qui s’annonce. Ces deux enjeux seront portés avec la même volonté de responsabilité qui fut celle du quinquennat qui s’achève, avec la même détermination au service des Françaises et des Français.

J’appelle donc chacun d’entre vous à se rassembler derrière la candidature de Manuel Valls, convaincu que si elle avance divisée, la gauche sera la grande oubliée des élections présidentielle et législatives.

Désormais, place au débat libre et constructif, jusqu’aux votes des 22 et 29 janvier prochains qui construiront l’unité ! La Primaire est un moment nécessaire pour notre démocratie, pour notre pays, et pour l’ensemble de la gauche, une gauche rassemblée.